Balle
Perdue
Collectif
.


à propos
contact
agenda
facebook
presse
BallePerdue est un collectif d’artistes indépendants, basé à Toulouse, il regroupe auteur, plasticiens, metteur en scène, performeur, graffeurs et musicien.
Chaque porteur de projet assume sa singularité, son esthétique et sa signature.
Le collectif intervient ici dans une mutualisation des compétences et des moyens au service de chaque création.

BallePerdue n’est pas guerrier.

Interdisciplinaires et polymorphes, ces artistes approchent le théâtre, frolent la performance, habitent le paysage, éditent et impriment une approche critique entre philosophie classique et sweat à capuche.
Ils sont dans le bordel du monde électro poétique. ils jettent, proposent, déplacent, démarrent, tracent... et laissent derrière eux le silence du dommage collatéral. celui du doute de l’art.


Pour information, ils n’ont aucune solution.

Le collectif est en production déléguée avec L’Usine (CNAREP, Tournefeuille, Toulouse Métropole).
Il est subventionné par le département Haute-Garonne (31) et la région Occitanie.






Manu
Berk

manuberk.fr

Écritures et images critiques.

Diplômé d'un master en esthétique et des beaux arts, manu berk s'anime autour de recherches visuelles et théoriques.
Reliant le dessin à l'écriture, il ne cesse de trouver l'équilibre de l'un à l'autre. Habité par l'esprit contestataire, il s'agite dans le collectif  autour du verbe : subvertir.  Auteur de diverses analyses autour de l'art urbain (the wa/ arte creative/ julien fargetton), il écrit maintenant des textes pour le théâtre, et co-fonde avec T-101 le site critique gchooq. Il participe également à diverses contributions (fanzines / éditos / expos / sites...). Gribouilleur intempestif, lecteur boulimique, boxeur rachitique et non violent, manu berk cherche la bagarre entre l'image et les mots.




Marlène
Llop



Metteur-en-scène, orchestration.


Marlène Llop a étudié la sociologie, les arts du spectacle et la mise en scène. En 2015, elle sort de le FAI-AR (formation supérieure d'art en espace public) et cofonde le collectif BallePerdue à Toulouse. Elle défend une mise en scène de la parole entre théâtre de textes fragmentaires, art radiophonique, performance sonore et univers plastiques oniriques. Elle orchestre des partitions où se répondent mise en espace, langue et musique et tente l'équilibre entre un corps en tension et une parole mouvement.
Sensible à la poésie des lieux, elle accoste des paysages repérés et choisis pour y faire résonner ses propositions/son verbe. Soucieuse de l'importance d'aborder des textes dans l'espace public et de faire tanguer la frontière dedans-dehors, salle-paysage, boîte noire-ciel ouvert, sa recherche se fixe sur la porosité des codes et de leurs ambiguïtés. Elle est animée par l'énergie de Dieudonné Niangouna, l'écriture de Rodrigo Garcia, la précision de Jean Paul Delore, le flow de Kate Tempest.




Clément
Danais



Musicien, créateur sonore.


Flûtiste de formation, s’intéresse depuis quelques années à la place du son à travers l’espace. Après des études au conservatoire de rennes et en musicologie il s’ouvrira de plus en plus aux musiques actuelles et à la composition assistée par ordinateur. La musique électro-acoustique éveille son intérêt pour les sons du quotidien qu’il intègre au fur et à mesure dans ses compositions afin d’en détourner le sens premier.  Sa curiosité l’invite à s’ouvrir à différents types de musiques et à l’assimiler à des supports tels que le théâtre, l’image ou encore la rue.



Jérôme
Coffy


Plasticien, photographe.

Né à saint-etienne, aux pieds des crassiers. Il s’est formé au plus près des murs qu’il a peint et encollé de papier, seul ou en binôme. Enfant du béton et du sport populaire, il cultive un imaginaire de philosophie urbaine. Il puise dans l’illégalité artistique une énergie et des ambiances qui marquent inévitablement son écriture. Il ne séparera plus la recherche de l’action, fondement même de ces créations plastiques. du théâtre au graffiti, de la photo à la vidéo, du pigeon à la bidouille, Jérôme Coffy joue de ses divers savoir-faire, mêlés dans la force des divers collectifs qui l'entourent.